Accompagner les difficultés d'apprentissage

Les réflexes archaïques

ou les bases incontournables pour des capacités d'apprentissage accomplies de l'enfant... et de l'adulte.

 

A la naissance, nous sommes pourvu d'un immense bagage pour arriver à survivre.

Une très grande partie de ce bagage est inconscient, réflexe : nous savons respirer, téter, pleurer, digérer, dormir, nous réveiller, communiquer, comprendre...etc.

 

  

 Les réflexes dits "archaïques", "primitifs" ou encore "enfantins" font partie de ce cadeau magnifique - et ancestral ! - que l'on observe pour certains in utéro puis chez le nouveau né jusqu'à ses 3 premières années.

Ce sont des réactions involontaires (ou programmes moteurs) qui permettent les premiers mouvements du nouveau né, donc ses premières expériences sensorielles, motrices et cérébrales voir émotionnelles.

 

Répétés naturellement et spontanément, ces mouvements permettent la création de connexions entre les quelques 100 milliards de neurones "neufs" du nouveau né. Ainsi se créent et s'étoffent les fibres nerveuses, véritable réseau de communication entre toutes les parties du système nerveux.

        

Ce développement sensori-moteur et cérébral induit donc une maturation du cerveau.

Il est le terreau nécessaire aux futurs mouvements intentionnels de l'enfant, qui renforce son tonus musculaire et apprend à contrôler sa tête. Ces étapes sont primordiales pour arriver ensuite à coordonner ses gestes et trouver un équilibre postural.

 

Ensuite seulement, le développement émotionnel et intellectuel sont possibles.

Lorsque ces réflexes ont fait leur travail "initiatique", l'enfant, à même de faire ses expériences volontaires, n'en n'a plus besoin.

Les réflexes archaïques s'inhibent donc naturellement en grandissant : nous parlons ainsi "d'intégration des réflexes primitifs au schéma moteur de l'enfant.

 

Ces étapes sont nécessaires pour que l'enfant vive un état de sécurité intérieure, capable de développer sa confiance, sa capacité à s'adapter et à faire des choix donc à osez s'aventurer dans les expérimentations.

 

Autant d'atouts pour lui permettre d'accéder à toutes ses ressources et atteindre son plein potentiel d'apprentissage !

 

Pour diverses raisons, il arrive que certains de ces réflexes ne s'intègrent pas ou réapparaissent - y comprit chez les adultes - suite à un traumatisme. Ils interfèrent alors sur le développement corporel (posture, mouvement...), émotionnel (relationnel, équilibre personne...) et cognitif (apprentissages, lecture, écriture...) de l'enfant et de l'adulte en devenir.



Intégration des réflexes archaïques : La méthode Compflex®

 

En cas de difficultés d'apprentissage, de lecture, d'aisance dans l'espace,

d'hyper activité, d'hypersensibilité (au bruit par exemple)...

Il peut être intéressant de vérifier si un ou plusieurs réflexes primitifs sont actifs.

 

Des séances d'accompagnement pourront alors aider à l'intégration...

La méthode Compflex® s'est entre autre inspirée du développement moteur de l'enfant pour proposer une série de mouvements ludiques qui aident à l'intégration douce des réflexes encore actifs.

Un véritable retour à la confiance en soi.


La kinésiologie éducative avec le Brain Gym® : apprendre par le mouvement

Apprendre :

Les neurosciences démontrent que "apprendre "est un processus qui nécessite le mouvement. Notre cerveau n'existe QUE parce que nous avons un corps !

Bouger aide à apprendre et à se détendre...

 

"Il n'y a pas d'incapacité d'apprentissage mais seulement des blocages" - Paul Dennison.

 

Pour apprendre, notre cerveau utilise les 3 dimensions (droite-gauche, avant-arrière et haut-bas). Cela nous permet de communiquer, de nous organiser et de comprendre.

 

Il faut des conditions pour que ce processus puis se faire correctement :

Pour apprendre, nous avons par exemple besoin d'eau, d'un sommeil suffisant, de temps, d'être détendus, confiants, reliés et non jugés.

 

 

Nous n'avons surtout pas besoin de stress négatif, sans quoi, à défaut d'apprendre, nous sommes juste "conditionnés".

 

Dans de bonnes conditions nous pouvons vraiment éprouver le plaisir d'apprendre, avec curiosité... Nous pouvons ressentir la joie d'essayer, de se tromper, d'essayer encore... et de nous laisser surprendre par la satisfaction de la réussite !

 

L'âge aidant, ces méthodes s'avèrent aussi très utiles pour aider à maintenir nos facultés de coordination et de nos perceptions.

 

 


 

 

 

 

Jouons avec notre corps tout entier, à même le sol, sur un tapis ou sur divers supports comme la planche balançoire ou le rouleau et découvrons combien il est agréable de se sentir délié, plus détendu et donc plus disponible pour apprendre, retenir... grandir !